Qualité de vie au travail Imprimer Envoyer

Il suffit d’échanger avec les pharmaciens du CHUM pour se rendre compte jusqu’à quel point travailler au Département de pharmacie du CHUM est un véritable plaisir. Certains parlent de l’environnement exceptionnel des trois hôpitaux, l'Hôtel-Dieu, l'Hôpital Notre-Dame et l'Hôpital Saint-Luc : la proximité des magnifiques parcs du mont Royal et Lafontaine, l’accessibilité du transport en commun, l’effervescence toute proche du centre-ville, le cachet du Vieux-Montréal et du quartier chinois, l’accès aux rues Saint-Denis, Saint-Laurent et Duluth avec leurs boutiques, leurs restaurants et leurs bars branchés.

D’autres pharmaciens associent plutôt leur qualité de vie aux relations exceptionnelles qui règnent entre les collègues, leur esprit amical et d’entraide, à l’organisation d’événements sociaux et aux sorties avec les collègues, ou aux infrastructures sportives pour les employés (piscine, gymnase, salles de musculation, cours de mise en forme, massages thérapeutiques, suivi avec nutritionnistes et kinésiologues, etc.).

Il y a enfin ceux pour qui priment l’excellence des soins donnés aux patients, le travail avec de nombreux autres professionnels de la santé, le professionnalisme des équipes, l’importance accordée à la formation continue, à l’enseignement et à la recherche, sans oublier le soutien chaleureux des gestionnaires du Département de pharmacie. Oui, il fait bon travailler au CHUM !

Hôpital Saint-Luc :: angle rue St-Denis et René Lévesque Hôpital Notre-Dame :: entrée principale Hôtel-Dieu :: entrée pavillon De Bullion
Vieux-Montréal Parc Lafontaine :: devant l'Hôpital Notre-Dame Ville de Montréal
Quartier chinois Ville de Montréal :: Vue du mont Royal Métro de Montréal
Hôpital Notre-Dame :: salle d'entrainement Hôpital Notre-Dame :: piscine chauffée Hôtel-Dieu :: salle d'entrainement

Des pharmaciens s’expriment

Sophie Cuerrier
27 ans
Oncologie HND
Médecine interne HD


« J’arrive bien à concilier mon travail avec ma vie personnelle. J’entre à la maison à une heure décente et je travaille rarement les fins de semaine. »

« Au CHUM, je suis présente auprès du patient. J’améliore son traitement parce que j’ai accès aux laboratoires et à tous les intervenants médicaux. En plus, je communique avec le pharmacien personnel du patient à sa sortie de l’hôpital et j’assure ainsi un meilleur suivi. »

 

Amine Bouziane
29 ans
Coordonnateur à l'enseignement
Médecine interne HSL
Soins intensifs HD


« Le pharmacien qui entre au CHUM a l’embarras du choix. C’est comme un buffet, il n’a qu’à se servir parmi les équipes et les spécialités qui lui tentent le plus. »

« Sans nous, il manquerait un service essentiel au patient. Le pharmacien rencontre chaque patient tous les jours. Il est consulté par l’équipe médicale, il révise, il ajuste, il participe aux décisions. Le soir à la maison, il a l’impression d’avoir vraiment fait une différence. »

 

Catherine Ouellet
26 ans
Urgence HD
Hépatogastrie HSL


« Nous sommes en contact direct avec le directeur du Département de la pharmacie, Denis Bois. Il nous considère et il écoute nos besoins. Je suis vraiment contente de travailler ici, j’ai de belles conditions de travail. »

« L’ambiance de travail est agréable. Tout le monde est accueillant et s’entraide. On est rapidement intégré à l’équipe. Il n’y a pas de compétition entre nous, on aime transmettre nos connaissances. La moyenne d’âge des pharmaciens est jeune. Il se développe des liens d’amitiés et le soir, on sort parfois ensemble. »

« Pour travailler au CHUM, il faut avoir le goût de se surpasser, avoir à cœur le bien-être du patient. La formation continue permet de rester à la fine pointe des connaissances, de bâtir notre crédibilité et de garder le contrôle sur notre travail. »

 

Anita Ang
30 ans
Médecine interne
Unité des grands brûlés HD
Unité d’enseignement clinique HSL


« C’est un milieu où le pharmacien se sent respecté, où il a beaucoup d’occasions de se développer. Il est tout de suite intégré à l’équipe médicale. Les patrons encouragent les résidents à nous consulter. C’est très valorisant. On a beaucoup de reconnaissance. »

« Entre collègues, l’entraide et la collaboration sont monnaie courante. On partage de l’information, on monte des projets professionnels, on organise des activités de loisirs, bref, on se donne une belle qualité de vie. »

 

Jean Morin
43 ans
Coordonnateur des soins et services pharmaceutiques en oncologie au CHUM


« Le secteur public me donne beaucoup plus de possibilités que le privé. Au CHUM, on a la capacité de développer des nouvelles idées et de collaborer avec d’autres professionnels pour réaliser des projets hors du commun. Au CHUM, c’est l’excellence qui prime, ça donne le goût de se dépasser. »

« Comme coordonnateur, il est important de créer un sentiment d’appartenance à l’équipe. Nous avons la confiance de la direction et le discours est franc et clair. »


Valérie Litjens
29 ans
Urgence HD et transplantation HND


« Le pharmacien au CHUM est l’ange gardien du médicament qui optimise le traitement d’un patient. Il a un rôle de conseiller et d’éducateur. »

« C’est un milieu stimulant et dynamique. Autant sur le plan personnel que professionnel, on évolue et on se fait des amis. Tout le monde s’entend pour travailler dans la bonne humeur. Nous ne sommes jamais seuls dans la pharmacie, on s’aide les uns, les autres. »

 

Alexandre Ferland
24 ans
Oncologie HND


« Depuis mon arrivée au CHUM, je pratique en oncologie, qui était mon domaine d’intérêt. J’ai beaucoup apprécié que le directeur du département essaie dès le départ de m’assigner au secteur clinique de mon choix. C’est très motivant. »

« Les mots clés pour définir la qualité de vie au CHUM : excellence, ligue majeure, dynamisme, entraide, cordialité, travail d’équipe, flexibilité, vie sociale agréable, activités sportives à proximité. »

 

Nathalie Letarte
35 ans
Oncologie HND
Responsable du cours d’oncologie Pharm.D en doctorat et professeur adjoint de clinique au CHUM



«On n’a pas la responsabilité de l’enseignement toute l’année mais seulement pendant quelques périodes en rotation. L’enseignement permet à tous de se mettre à jour et de se dépasser. Les pharmaciens s’améliorent ainsi constamment. Le patient en bénéficie lui aussi puisqu’il est intégré à l’enseignement. »

« L’enseignement se pratique en plusieurs endroits et à peu près partout où se trouve un pharmacien, par exemple à l’urgence, en médecine interne, en psychiatrie, aux soins intensifs, dans les unités de transplantation, à l’unité coronarienne, en oncologie, dans les salles de nutrition parentérale, à l’unité des grands brûlés, dans les UHRESS, dans les centres d’information, où se fait la distribution des médicaments, en gériatrie, en hépato-gastroentérologie ».

 
http://www.facebook.com/chum.montreal http://www.flickr.com/photos/chumontreal http://twitter.com/chumontreal http://www.youtube.com/chumontreal

Accès section membres



6.jpg
Production multimédia du CHUM